Découverte Vins Bio, de la création au développement : les secrets de leur succès

Découverte Vins Bio, de la création au développement : les secrets de leur succès
Ces deux jeunes, Corentin et Florent se sont lancés depuis l’année 2013 dans une affaire : une entreprise dénommée Découverte Vins Bio. Depuis, on peut dire que les associés ont connu des succès. Mais derrière toutes ces joies intenses partagées entre les deux partenaires, Corentin raconte le secret de leur réussite pendant une rencontre.

Un départ plus ou moins difficile

Au fait au début, Corentin Quemener était tout seul à mener cette affaire. Le démarrage était une étape cruciale. Après la mise en place des étapes préparatoires comme le business plan, les financements et la mise en ligne du site web du produit, les premiers lancements étaient difficiles. Le budget restreint avait limité la communication.

En conséquence, l’entreprise n’avait pas assez de visibilité est n’était sûrement pas imposante. Cette étape était la plus difficile et compliquée pour cette entreprise. Le résultat se fructifiait à pas de tortue jusqu’au Noël 2013. Cet événement a doublé les recettes. Depuis même, Découverte Vins Bio accueillait le deuxième actionnaire Florent Bonello. L’entreprise se dote désormais d’un bureau.

Découverte Vins Bio : en plein développement

Les activités de Découverte Vins Bio se développent par des idées de cadeau. C’est pour cela que Noël avait connu une réussite aussi spectaculaire. Les clients commencent par la diffusion de ce principe qui développe largement la clientèle. Les souscriptions et les abonnements s’intensifient sensiblement. Cela ne se fait pas par précipitation, et ne se fait non seulement à très forte vitesse, mais à une performance constante et remarquable.

Aussitôt, l’entreprise dispose d’une clientèle concrète qui se répartit sur toute la France. Non seulement les particuliers, cette clientèle se développe avec le fournissement envers des professionnels de la restauration ainsi que des boutiques de renom à Toulouse et à Marseille.

Le trajet n’était pas facile

Eon outre des étapes préparatoires, les difficultés n’étaient pas écartées. D’abord, au commencement, on ne pouvait pas se rémunérer, car résultats sont lents à fructifier. Une grande peine durant l’année 2013, un conflit judiciaire opposait la société avec une entreprise publicitaire. Avec le support des proches de point de vue moral que financière, on a pu surmonter ces difficultés.

Corentin Quemener, tout fier, est encore prêt à revivre cette aventure qu’il qualifie d’apprentissage. Il n’hésite même pas à conseiller les futurs entrepreneurs d’être pertinents devant les projets et d’être perspicaces face aux différentes phases d’entreprendre.

Avis Découverte Vins Bio, de la création au développement : les secrets de leur succès :